Vivre en région : Convivialité, paysages et plein-air dans les Laurentides !

Dernièrement, il m’a été posé la question, « Comment c’est de vivre en région ? ». Alors que certains pensent que la région est un endroit où s’ennuyer et souffrir d’isolement, je voudrais vous partager mon expérience, car elle est tout-à-fait différente !

Plantons le décor !

À l’origine, nous sommes arrivés d’Europe début janvier 2016 directement à Sainte-Adèle, et ce sans hésiter, suite à une opportunité d’emploi pour mon conjoint dans les Laurentides. Nous connaissions la beauté de cette région et cela nous a semblé un magnifique terrain de jeux pour notre famille.

En nous installant dans cette région, nous avons trouvé ce que nous attendions : une extraordinaire qualité de vie dans une région où les personnes sont particulièrement accueillantes et chaleureuses.

Crédits photo : Tourisme Laurentides

Ici, une moitié environ des résidents est originaire des Laurentides, et l’autre comme nous, vient d’ailleurs : de Montréal, d’autres régions du Québec ou parfois même de plus loin. De manière générale, les Laurentiens que nous rencontrons sont très impliqués dans la communauté et apprécient que chacun fasse sa part à sa façon.

 

Un accueil incroyable

Je peine encore à croire comme nous avons été accueillis à bras ouverts. Que ce soit dans l’univers professionnel ou des gens d‘affaires, à l’école ou aux activités sportives, une grande partie des personnes que nous avons rencontrées s’est montrée bienveillante, curieuse de nous connaître et généreuse dans ses explications, ses anecdotes et ses conseils.

Tout d’abord, je dois dire que nous avons eu beaucoup de chance car nous avions ici notre « marraine de cœur », une amie québécoise que je connaissais depuis quelques temps. Elle était d’une aide précieuse pour la famille et m’a indiqué les bonnes pratiques à connaître : la conduite en hiver, comment communiquer à l’écrit et les commerces à disposition selon nos besoins. Arrivant fraîchement d’Europe, cela m’a permis de gagner beaucoup de temps !

Crédits photo : Tourisme Laurentides

Ensuite, nous avons été reçus avec beaucoup de bonté à l’école des enfants. Les professeurs les ont incité à parler aux autres de leur pays d’origine lors d’exposés thématiques afin de transformer leurs différences en une expérience enrichissante et de les inclure. Ils ont aussi veillé à ce qu’ils s’intègrent rapidement et efficacement.

Tout n’a pas été toujours rose non plus, les enfants ont été parfois montrés du doigt pour leur accent à l’école, comme cela peut arriver n’importe où et pour d’autres raisons. Mais ce qui a été extraordinaire, c’est la réponse solide du personnel de l’école. Ils font du respect de son prochain une valeur suprême et invitent les enfants moins tolérants à effectuer une réelle réflexion, ce qui est profitable pour tout le monde et a conforté nos enfants sur le fait qu’ils étaient bienvenus.

Crédits photo : André Chevrier

À l’école, j’ai aussi participé comme bénévole à plusieurs reprises. D’abord pour la bibliothèque, puis l’une des professeurs des enfants m’a invité à effectuer du bénévolat dans la classe. J’ai vraiment apprécié le naturel avec lequel elle me l’a proposé et avec lequel elle m’a intégré à certains moments à son organisation. Ensuite, j’ai assisté aux sorties scolaires et y ai rencontré d’autres parents. Là, j’ai remarqué quelque chose qui m’a vraiment TOUCHÉE et je voudrais vous le partager.

À mon arrivée, quand les parents parlaient en groupe, je comprenais souvent mal certains mots ou groupes de mots et suivais difficilement les conversations, ayant tant d’expressions à apprendre et étant peu habituée finalement à l’accent. Mais cela ne durait jamais longtemps. Ce qui était merveilleux, c’est que dès que j’ouvrais la bouche (et que mon accent se laissait entendre !) tous leurs échanges devenaient parfaitement clairs pour moi, car tout le monde transformait discrètement sa façon de parler de manière à ce que je comprenne ce qu’ils disaient. J’ai énormément de gratitude pour cela et je le souhaite à chacun de vous.

Ainsi, je me suis TOUJOURS sentie la bienvenue où que j’aille par la suite. Et dans n’importe quel groupe ou association où je me suis impliquée, tout le monde a toujours veillé à ce que je saisisse ses propos.

 

L’entraide

Ensuite, dans les Laurentides, nous sommes impliqués dans plusieurs associations et les enfants ont des activités extra-scolaires. Ce que j’aime chez les personnes que j’y rencontre, c’est le côté toujours inclusif, les gens sont souriants, accueillants et ils prennent le temps d’écouter et de dire ce qu’ils pensent. Il m’a souvent été demandé dans quelles villes j’ai vécu en Europe, répondu quelles villes ils connaissaient et la manière dont ils les ont aimées. Beaucoup se renseignent aussi sur les raisons qui m’ont amenée ici et de ce que je pense du Québec et de leur région. Je me sens donc pleinement écoutée et cela fait chaud au coeur. Et de la même manière, ils parlent facilement d’eux et répondent volontiers à mes questions sur leur vécu.

Dans les associations d’activités extra-scolaires, je remarque également que l’ambiance entre les parents y est très agréable. Tout le monde est toujours prêt à donner un coup de main pour un déplacement quand l’un est pris par ses activités professionnelles ou avec celles d’un autre enfant à deux endroits différents, et c’est très appréciable. Les personnes que je rencontre sont souvent très positives, curieuses et enjouées !

Crédits photo : Tourisme Laurentides

Ce que j’ai ensuite remarqué, comme je le disais plus haut, c’est qu’une grande majorité de personnes ne vient pas des Laurentides. Certains habitent à de nombreuses heures du reste de leur famille et connaissent les conséquences du déracinement et le sentiment de solitude. Beaucoup ont travaillé aussi à l’étranger et sont revenus ensuite. Du coup, cela les rend très compréhensifs.

Par ailleurs, j’ai développé plusieurs amitiés solides, et plusieurs de ces amis se sont portés volontaires pour que je les appelle si j’avais besoin d’aide à n’importe quelle heure du jour et de la nuit (on ne sait jamais ? à qui demander de garder les enfants si l’on doit se rendre d’urgence à l’hôpital ?). Par ailleurs, j’ai été invitée souvent et rapidement à me joindre à eux à des activités, des repas ou à prendre un café.

 

Une myriade d’activités à disposition

Mais maintenant que je vous ai dit à quel point j’aimais les relations humaines ici, parlons des activités. Comment pouvons-nous utiliser notre temps libre ? Cela dépend des saisons, mais en tout temps les paysages sont impressionnants et l’embarras du choix est grand. N’oublions pas que la région des Laurentides est la première région touristique après les villes de Montréal et de Québec !

Ici, en hiver, le choix des activités de plein-air est intéressant. Figurez-vous qu’à moins de 10 minutes de chez nous, nous avons accès aux activités suivantes : ski alpin, ski de fond, patinoire extérieure, lac gelé pour patiner et marcher, descente de neige, pistes de raquettes, de randonnées et de fatbike. À peine plus loin, nous disposons d’activités en motos-neige ou en chiens de traîneaux.

En été et en automne, nous profitons de la plénitude des lacs pour y faire du canoé, du kayac, du Vup, ou simplement nous y baigner. Nous aimons aussi la randonnée et il est possible de pratiquer le vélo sur le petit train du nord, sur une des nombreuses pistes en montagne et même d’aller pêcher. Les Laurentides possèdent aussi de magnifiques forêts, de jolies chutes et cours d’eau, plusieurs parcs régionaux et le parc national du Mont-Tremblant.

Crédits photo : André Chevrier

Vous cherchez une alternative du plein-air ? Qu’à cela ne tienne, la région possède de nombreux parcs d’activités, vous trouverez beaucoup d’inspiration ici mais nous pouvons déjà citer le Parc Cavaland pour les amateurs de chevaux, Tyroparc et Kanatha-Aki pour les aventuriers, ou les Glissades des Pays d’en Haut pour les descentes en rafting et bobsleigh.

Sachez aussi qu’en toutes saisons des festivals et des événements sont organisés sur les thèmes de la musique, la dance, le sport ou la gastronomie, notamment au Mont-Tremblant, à Saint-Sauveur, à Saint-Jérôme et à Sainte-Adèle avec le fameux Oktoberfest.

Si vous préférez les sorties culturelles, vous apprécierez les différents théâtres, cinémas, bibliothèques, conférences et musées et les nombreuses galeries d’art de la région !

Vous voyez ? Les activités ne manquent vraiment pas et de nombreuses villes ont des bureaux d’informations touristiques où vous pourrez découvrir les atouts de votre région.

 

Quelques astuces à savoir

Bien sûr, au niveau commodités, il y a dans ma ville deux grandes épiceries pour faire des courses, des  magasins naturels et bio, (dont mon chouchou qui fait du bio en vrac !), évidemment des docteurs (qui ont du temps pour prendre des rendez-vous), des dentistes, des médecines alternatives très accessibles, mais aussi deux hôpitaux à moins de 30 minutes, des boutiques de tous les prix et tous les genres pour toutes sortes d’achat.

Et, pour l’ex-citadine que je suis, le plus important est de savoir les routes dégagées en tout temps, avoir suffisamment de place de stationnement et tout cela avec des paysages époustouflants, à moins d’une heure de Montréal !

Crédits photo : Tourisme Laurentides

Maintenant, avant de vous quitter, si vous le permettez, j’aimerais vous partager une recette pour s’intégrer dans les Laurentides. Pour trouver sa place et être bien accueilli, je vous invite à la générosité et à l’humilité car ce sont deux valeurs très appréciées ici.

Il est préférable d’éviter toute comparaison avec d’autres manières de faire, d’aller vers les autres et de s’intéresser réellement à eux, de chercher à les aider et de s’impliquer dans la communauté. Ensuite, le choix des organisations est très vaste et il y en a pour tous les goûts !

Et je terminerais volontiers par une dernière astuce qui m’a été dite à mon arrivée et qui m’a beaucoup servie : « Ne soyez pas gênés ! ». Soyez vous-même et rester joyeux !

 

Nathalie Esain

Consultante Expérience Client chez Stratébioz

admin

Laisser un commentaire